Ce que Dieu veut faire pour vous !

Pendant sa vie sur la terre, Jésus-Christ a fait beaucoup de choses merveilleuses pour les hommes : il a guéri toutes sortes de maladies, il a multiplié des pains pour nourrir des milliers d’hommes, il a ressuscité des morts et il a enseigné les choses de Dieu avec une autorité et sagesse étonnantes.

Mais le but principal du Fils de Dieu est décrit ainsi dans la Bible : « Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs » (1 Timothée 1.15).

Ce que l’Apôtre Paul enseignait avant tout au sujet de Jésus, c’est « que Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures ; qu’il a été enseveli, et qu’il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures » (1 Corinthiens 15.3,4).

Jésus est capable de nous aider dans nos problèmes de tous les jours. Il y a une grande paix d’âme pour les chrétiens dans le fait que la parole de Dieu leur dit : « Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous » (1 Pierre 5.7).

Le plus grand problème de l’homme : le péché

Mais le plus grand problème de chacun de nous, qu’on le sache ou pas, c’est le péché. Pourquoi ? Parce que « la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété des hommes » (Romains 1.18). La Bible nous dit que nous sommes morts par nos offenses et nos péchés (Éphésiens 2.1). Elle parle de « tribulation et angoisse sur toute âme d’homme qui fait le mal » (Romains 2.9) et nous rappelle qu’il « nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps » (2 Corinthiens 5.10).

En ce jour-là, les condamnés entendront le Seigneur prononcer ces mots effrayants : « Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu qui a été préparé pour le diable et pour ses anges » (Matthieu 25.41).

Le problème du péché nous concerne tous. « Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous » (1 Jean 1.8).

Jésus offre le seul remède au péché

Voilà pourquoi le plus grand bien que Jésus pourrait apporter aux hommes, c’est le remède à leurs péchés, c’est-à-dire, son sang, le sang qu’il a versé dans sa mort sur la croix. Jésus est donc plus qu’un guérisseur, plus qu’un faiseur de miracles, plus qu’un prophète ; c’est un Sauveur, le seul Sauveur. Il offre le salut à tout être humain (1 Timothée 2.4,5). Par lui le péché est pardonné et la vie éternelle est donnée. C’est ça, la Bonne Nouvelle.

Comment recevoir le pardon des péchés

Mais il faut bien accepter ce don selon les conditions fixées par Celui qui l’offre. N’importe quelle personne peut remplir les conditions de salut que la parole de Dieu précise. Elles sont très simples. Mais malheureusement, beaucoup refusent de s’y soumettre.

Ou bien, comme Naaman de l’Ancien Testament, ils préfèrent que le don de Dieu soit accordé sous d’autres circonstances (2 Rois 5.9-14).

Quelles sont donc ces conditions ? Dieu a envoyé Jésus, qui est mort sur la croix pour que le salut soit possible. Que devons-nous faire pour en bénéficier ?

1. Croire en Jésus

Le Christ a donné sa vie « afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3.16). À ceux qui croient, la Bible dit : « Vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ »

(Galates 3.26). Mais à l’égard des autres qui ont quand même entendu la Bonne Nouvelle, « la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent » (Hébreux 4.2). La Bible ne dit nulle part que l’homme est sauvé par « la foi seule », mais la foi en Jésus-Christ comme Fils de Dieu est absolument nécessaire.

2. Se repentir du péché

Si nous désirons le pardon de nos péchés, si nous regrettons d’avoir désobéi à Dieu, nous serons prêts à nous détourner du mal. La décision de se repentir du péché portera du fruit – un changement de comportement. Renoncer à tout péché dans sa vie n’est pas facile ; on doit s’asseoir pour « calculer la dépense » (Luc 14.27-30) avant de s’engager. Mais difficile ou pas, il faut passer par la repentance pour arriver au pardon. « Dieu annonce maintenant à tous les hommes en tous lieux qu’ils aient à se repentir » (Actes 17.30). La repentance est nécessaire. Mais ce n’est pas au moment du repentir que le pécheur est pardonné.

3. Confesser sa foi en Jésus

Une foi qui reste cachée dans le cœur n’est pas ce que le Seigneur demande. Il veut que cette conviction soit annoncée aux autres. « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Romains 10.9,10).

Confesser sa foi (dire aux autres que l’on croit en Jésus) est nécessaire pour devenir chrétien (Actes 8.36-38). Jésus lui-même a dit : « Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ; mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 10.32,33). Par contre, il ne faut pas se contenter d’honorer Jésus de sa bouche, car il a dit aussi : « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? » (Luc 6.46). La confession de foi est nécessaire, mais elle ne suffit pas.

4. Se faire baptiser

Jésus a commandé aux hommes d’être baptisés aussi pour recevoir le salut : « Allez par tout le monde et prêchez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé » (Marc 16.15,16). Les apôtres n’ont donc pas manqué de préciser dans leur prédication que le baptême est nécessaire pour le pardon des péchés : « Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés » (Actes 2.38).

Le baptême, c’est l’immersion (l’ensevelissement) du croyant dans l’eau (Actes 8.36-39) à l’image de la mort, l’enterrement et la résurrection de Jésus-Christ (Romains 6.2-4). Ce n’est pas par le baptême seul qu’on est sauvé. Pourtant, la personne qui a cru en Jésus-Christ, qui s’est repentie de ses péchés et qui a confessé sa foi reçoit dans le baptême le pardon – « Et maintenant, que tardes-tu ? Lève-toi, sois baptisé et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur » (Actes 22.16).

Si vous remplissez ces conditions bibliques, vous pourrez dire que vous avez été sauvé par Jésus. Vous entrerez en contact avec le sang que Jésus a versé sur la croix et qui « nous purifie de tout péché » (1 Jean 1.7). Vous recevrez le bienfait le plus important que l’homme peut recevoir – le salut. Ayant ainsi accepté le don de Dieu, il faut le tenir fermement. On peut donc parler d’une cinquième condition à remplir pour celui qui veut bénéficier de l’œuvre de Jésus en faveur des pécheurs :

5. Rester fidèle

C’est bien une condition que le Seigneur pose en Apocalypse 2.10 : « Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. »

Par contre, retourner à l’ancienne vie de désobéissance à Dieu après en avoir été sauvé serait pire que de n’avoir jamais connu la voie de Dieu (2 Pierre 2.20-22). Étant ajouté à l’Église du Christ par le Seigneur lui-même (Actes 2.47), il faut agir comme les premiers chrétiens, qui « persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction de pain et dans les prières » (Actes 2.42).

Jésus est venu pour sauver les pécheurs. Vous a-t-il sauvé ? Acceptez qu’il le fasse dès maintenant.