« Par nature enfants de colère »

L’apôtre Paul dit en Éphésiens 2.1-3 :

« Vous [païens d’origine] étiez morts par vos offenses et par vos péchés, dans lesquels vous marchiez autrefois… Nous tous aussi [Juifs], nous étions de leur nombre, et nous vivions autrefois selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées, et nous étions par nature des enfants de colère, comme les autres… »

Remarquez plusieurs choses dans ce texte : Paul dit que les hommes sont morts par LEURS offenses et LEURS péchés, non pas par le péché de leur premier ancêtre. Il précise qu’ils « marchaient » dans ces péchés et qu’ils « vivaient » selon leurs mauvais désirs. La culpabilité dont Paul parle n’est pas héritée – elle est liée à nos propres choix et nos propres actions.

L’apôtre Paul a bien dit qu’on était « par nature des enfants de colère » mais il ne parle pas d’un caractère inné, c’est-à-dire avec lequel on est venu dans le monde. On peut acquérir un caractère ou une nature par ses habitudes, par les choix que l’on fait jour après jour. On dit, par exemple, « Conduire devient rapidement une seconde nature une fois que vous avez passé votre permis. » Le mot rendu par « par nature » se trouve en Romains 2.14; 1 Corinthiens 11.14 et Galates 4.8; en aucun de ces passages, le mot ne se réfère à la naissance ou à ce qui se fait depuis la naissance. Il évoque la coutume, la pratique, et l’état non converti. Nous ne sommes pas des « enfants de colère » parce que nous sommes incapables de faire le bien. Mais puisque, comme tous les hommes, nous choisissons trop souvent de faire le mal, nous devenons des objets légitimes de la colère de Dieu. Quand Paul dit qu’on a été « par nature des enfants de colère », il parle des habitudes pécheresses qui avaient suscité la colère divine et détruit une bonne relation avec Dieu.