Un règne de mille ans sur la terre ?

L’idée d’un règne de mille ans vient d’un passage symbolique, Apocalypse 20.1-6. Ce passage ne mentionne ni la fin du monde, ni le retour de Jésus, ni une résurrection corporelle, ni un règne « sur la terre ». Pour imposer ces idées au passage, il faudrait l’arracher de son contexte. En fait, la plupart du livre de l’Apocalypse traite le conflit entre l’Église et l’Empire romain, qui dans les visions de Jean a été représenté par l’image d’une bête ayant sept têtes. L’empereur avait exigé que tous l’adorent comme un dieu, ce que les chrétiens refusaient de faire. Pour cette raison ils étaient persécutés à la mort. Quand on arrive au chapitre 20, on a déjà vu dans les visions la persécution des chrétiens et aussi le châtiment et la destruction de l’Empire romain. Ceux qui, dans la vision, devaient régner avec Christ pendant mille ans étaient « ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image ».

Dans la vision nous voyons un ange descendre du ciel ayant la clef de l’abîme et une grande chaîne dans la main. Il saisit le dragon, qui représente le diable qui avait incité l’Empire romain à persécuter l’Église, et le lie pour mille ans. Comme la plupart des chiffres dans l’Apocalypse, celui-ci exprime une idée et non pas une durée chronologique à prendre à la lettre. Le chiffre mille a été employé dans l’Apocalypse pour signifier la plénitude, la totalité, ce qui est complet. Lier Satan pendant 1 000 ans, c’est lui enlever complètement les pouvoirs qu’il exerçait pendant la persécution romaine. En rapport avec l’enchaînement du dragon pendant mille ans, « les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus… et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête » ont le privilège de régner avec leur Seigneur. Ce règne se situe, non sur la terre, mais eu ciel, où se trouvent tous les trônes dans l’Apocalypse.

L’exaltation des martyrs, la justification de la cause pour laquelle ils sont morts, la satisfaction qu’ils éprouvent en voyant que la justice leur a été faite, est appelée « la première résurrection ». Il y aura une seule résurrection corporelle des morts, et elle aura lieu pour tous lors du deuxième avènement de Christ (Jean 5.28,29). La première résurrection est une manière de se référer au triomphe des martyrs par la chute de Rome. La seconde est la résurrection générale des morts au retour de Christ. Ceux qui ont part à la première n’ont pas besoin de craindre la seconde mort.