Le Dieu de la création et de la révélation

Table des matières


Chapitre 8
Conclusion

« J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, pour aimer l’Éternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui : car de cela dépendent ta vie et la prolongation de tes jours, et c’est ainsi que tu pourras demeurer dans le pays que l’Éternel a juré de donner à tes pères, Abraham, Isaac et Jacob. »
Deutéronome 30.19, 20

« Les pharisiens, ayant appris qu’il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent, et l’un d’eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l’éprouver : Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ? Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. »
Matthieu 22.34-40

L’univers reste pour l’essentiel un gigantesque puzzle dont nous avons pu découvrir et placer un certain nombre de pièces. Gardons-nous de penser que nous avons percé tous les secrets de cet univers à la fois magnifique et terrifiant et que nous découvrons jour après jour, année après année, siècle après siècle. 

Gardons-nous aussi de penser que la révélation divine concernant notre univers est là pour faire obstacle à notre curiosité, pour freiner l’entreprise scientifique, pour être un bouche-trou face à toutes nos interrogations. Tel n’est pas le but de la Bible, dont le sujet principal n’est pas la création ou même la révélation, mais l’auteur Tout-Puissant derrière cet incroyable puzzle que nous cherchons à comprendre et ses relations d’amour avec les êtres humains uniques et créés à son image et qui sont appelés à le connaître et l’aimer. 

En Genèse 1.16 le texte biblique – la révélation de Dieu aux hommes – dit uniquement ce qui suit à propos des étoiles (et nous savons que leur nombre est incalculable) : « Il fit aussi les étoiles ». Pourtant une partie significative de ce premier livre de la Bible est consacrée à une seule personne : Joseph, fils de Jacob (Genèse chapitres 37 à 50). Cela signifie que cette histoire très humaine revêt une grande importance aux yeux de celui qui créa les milliards de constellations. Dans cette histoire nous voyons aussi que pour l’essentiel le récit biblique veut nous faire comprendre la nature des relations, des liens, qui unissent le Créateur et ses créatures et la nature des liens qui unissent les créatures entre elles.

Face à l’immensité de l’univers, comment pouvons-nous penser que nous avons une grande importance ? Nous aurions tort de comprendre cette importance de l’être humain comme une expression d’arrogance ou d’orgueil. L’histoire de Joseph est importante en Genèse, car elle est un maillon d’une histoire d’amour entre Dieu et son peuple, entre Dieu et les hommes ; histoire d’amour qui se révèle dès les premiers chapitres de la Genèse ; histoire d’amour dont Jésus dira : « En effet, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3.16).

Le récit biblique est ancré dans l’histoire humaine et bien souvent joue un rôle de miroir relativement à notre propre histoire. Dès le livre de la Genèse, chaque être humain est unique et créé à l’image de Dieu. L’archéologie biblique ne cesse de nous dévoiler les cultures, le langage et le mode de vie des hommes et des femmes qui ont cherché Dieu ou l’ont rejeté, qui l’ont écouté ou se sont détournés de lui. L’espèce humaine partage le même environnement avec les espèces animales, mais est en outre dotée de la conscience, de la capacité à exercer un jugement d’ordre moral. L’espèce humaine est appelée à choisir le bien, à aimer le prochain.


Table des matières